17 février 2012

La Taupe

En pleine guerre froide, les services secrets sont en alerte. Smiley, un agent fraîchement en retraite, est réengagé afin de débusquer la taupe qui se cache dans les plus hautes sphères du MI6. Quel est cet agent double soviétique qui trahit tout le monde depuis le début ? Accompagné par le jeune agent Guillam, l'enquête commence pour Smiley au cœur de ses anciens collègues de guerre.
Le film est l'adaptation du livre de John Le Carré, le premier volet d'une trilogie amenée par l'espion George Smiley. Derrière la caméra, le réalisateur suédois Tomas Alfredson fait ses premiers pas en Angleterre après le chef d'œuvre Morse en 2009. Auréolé par une presse quasiment unanime, La Taupe est un nouveau succès critique pour le cinéaste.
Les qualités du film sont évidentes. Dès les premiers plans, le spectateur est très vite subjugué par la beauté plastique de l'image : le cadrage précis et rigide accompagne une photographie proche de la perfection, tant lorsqu'elle baigne dans le clair obscur que lorsqu'elle se remplit paradoxalement de vide dans la singularité de certains décors (la salle de réunion). Économe dans ses mouvements d'appareil, la mise en scène technique mise beaucoup sur la composition. C'est en ce sens une véritable réussite pour le chef opérateur de Morse, Hoyte Van Hoytema. Froid, le film l'est tout entier de par son atmosphère : Smiley, interprété par un Gary Oldman étonnant, est lui aussi vampirisé, statique mais sans cesse dans la lucidité. La forme est évidemment très liée à son époque historique. Glaciale dans ses rapports humains et sous tendue dans ses menaces conflictuelles, Alfredson montre avec habileté la légitimité de son style dans ce polar anglais. Le casting savoureux, quoi qu'exagérément masculin, offre au film la noblesse attendue. Colin Firth, Mark Strong, John Hurt, David Dencik (extraordinaire dans la séquence de l'avion) se présentent à contre emploi, tous convaincants dans cet univers surprenant et exigeant.
L'exigence, justement. Impossible de ne pas l'évoquer tant elle semble être un parti pris radical... et radicalement discutable. Disons-le clairement : on ne comprend parfois pas grand chose du film dans sa structure labyrinthique. Avare dans les explications et la clarté, Alfredson perd littéralement son spectateur dès les premières minutes, mais c'est surtout au stade fatidique de l'heure passée que l'enquête atteint une complexité étouffante. Rarement attractif, La Taupe souffre royalement de lisibilité tant le film s'aventure dans un échafaudage chaotique. Et si le fond du processus n'est pas dénué d'intérêt (le monde d'après-guerre est présenté lui-même comme chaotique), reste qu'en pratique l'expérience trouve rapidement ses limites dans le genre du polar. La mise en scène d'Alfredson rappelle d'ailleurs dans certains aspects celle d'Howard Hawks dans l'adaptation du Grand sommeil, sans pour autant trouver le même équilibre fragile et ingénieux.
A la hauteur d'un grand film mais en cruel manque d'appels d'air, La Taupe n'est ni le chef d'œuvre annoncé ni la bouse portée en triomphe. Entre les deux, le film d'Alfredson a le goût des frustrations les plus acides. Mieux vaut alors étancher sa soif avec la bombe Millenium.


Réalisé par Tomas Alfredson
Avec Gary Oldman, Mark Strong, John Hurt
Film britannique | Durée : 2h07
Date de sortie en France : 08 Février 2012

7 avis gentiment partagé(s):

Christophe a dit…

Belle critique, bien argumentée... Dommage que le film n'ait pas la moyenne chez toi :)

Squizzz a dit…

En fait il aurait fallu qu'Alfredson emprunte une peu à Fincher, mais aussi inversement, pour que "La Taupe" et "Millénium" soient des grandes réussites.

dasola a dit…

Bonsoir Jérémy, personnellement, j'ai apprécié ce film: les acteurs, l'atmosphère, l'histoire. Je ne me suis pas ennuyée une minute. C'est un film riche où les échanges de regard et de sourire ont leur importance. Bonne soirée.

Ashtray-girl a dit…

Magnifique objet filmique... totalement inintérressant tant il est abscons.

Wilyrah a dit…

Je crois qu'Ashtray girl résume bien les choses =)
Et belle conclusion

David T a dit…

Je suis personnellement assez près de penser que le film frôle le chef-d'oeuvre ;)

Jérémy a dit…

Christophe : La note reste ce qu'elle est. Mais elle reflète surtout ma déception.

Squizzz : Millénium EST une grande réussite !

Dasola : J'aurai aimé avoir ton attention ! Je me suis demandé pendant 2h ce qu'on me racontait plutôt que de m'attacher aux silences ou aux sourires. Une 2nd projection est obligatoire, surtout que ce film est d'une très grande qualité esthétique (la scène d'ouverture est une merveille).

Ashtray : Bien dit ! Content de voir que je suis pas le seul con à ne pas avoir compris.

Wilyrah : Ouais je trouve aussi !

David T : Je suis extrêmement gêné avec La Taupe... car il a en effet l'allure d'un grand film. Mais je ne vais pas faire l'hypocrite distingué : si les qualités formelles sont évidentes, je n'ai pas le cœur à encenser un film qui m'a retenu complètement à l'écart en tant que spectateur.

Enregistrer un commentaire

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More

 
PBTemplates pour le design | Merci de me contacter avant toute utilisation du contenu de ce blog